Aujourd’hui je vous parle avec le cœur et une certaine impulsivité, mais aussi avec peur car ce n’est jamais facile d’avouer ses faiblesses aux autres. Pourtant je le fais et ce qui me motive, c’est tout ce que je vois et constate en ce moment (et depuis un bon moment) sur les réseaux sociaux.

Je n’ai jamais été très mince, j’ai toujours eu un petit ventre et des cuisses bien nourries. Ma poitrine a poussé alors même que toutes mes copines de classe n’avaient encore jamais entendu parler d’un soutien gorge. Pourtant j’avais réussi, en secondaire, à trouver une certaine harmonie avec mon corps. J’étais en option sport (12h par semaine en comptant mes activités extrascolaires) à l’époque et j’avais réussi a avoir le corps que JE voulais sans frustrations et par amour de mon option. Puis suite à un échec, j’ai choisi de changer d’option plutôt que de doubler et en 1 an et demi, j’ai pris 20kg

Le pire c’est que je n’ai pas vu que je prenais du poids pendant cette année. Je venais de me mettre en couple, je ne me préoccupait de rien d’autre à part de notre bonheur. Puis je me suis vue sur les photos que nos amis postaient sur Facebook. Je ne me suis pas reconnue, le visage bouffi, 20kg de claques dans la figure. C’est tombé comme un coup de massue et j’avoue que ça m’a plutôt secoué. J’ai perdu le peu de confiance que je m’étais accordée les années précédentes et je me suis demandé comment mon copain pouvait me trouver belle et désirable (c’est tellement terrible d’écrire ça). Alors bien sûr j’ai essayé de me reprendre en main, j’aime le sport il n’y a rien de plus facile pour moi, donc! Mais j’ai perdu toute mon endurance, toutes mes performances et ça, ça a réussi à me démotiver à un point tel que lorsque je fini mes séances et que je constate que rien n’a changé dans  le miroir (oui bien sûr ça prend du temps mais allez me rentrer ça dans la tête) je n’ai plus envie de rien.  Au niveau de mon alimentation je ne suis pas quelqu’un de difficile, je ne grignote pas entre les repas, j’aime beaucoup les légumes mais je suis gourmande et j’aime bien manger. J’adore cuisiner mais j’habite encore chez mes parents et c’est très dur d’essayer de changer ses habitudes, je ne peux pas imposer ma volonté de changer de mode de vie à ma famille. Je sais que ce sont des efforts que je dois essayer de faire mais c’est plus dur qu’on ne le pense, c »est plus mental que physique et quand le mental est bousillé et surtout influencé c’est encore plus difficile.

Je me suis prise d’amour, il y a maintenant 2 ans et demi, pour le monde de la mode. Les vêtements m’ont aidé à camoufler mes complexes et mon manque de confiance en moi. Et en même temps cette passion ne cesse de me rappeler ces fameux complexes… Plus haut, je parle d’influence. Sur @instagram, on voit tous les jours des nanas aux corps PARFAITS, littéralement puisque Photoshop existe et que bien sûr l’angle de vue, la manière de prendre la photo, les filtres, … font qu’on ne voit pas les petits et gros défauts des gens. C’est un monde superficiel, tout le monde s’en rend bien compte, moi la première. Et pourtant, ça n’empêche que ça met une pression énorme (ça peut paraître idiot d’attacher autant d’importance à un physique, à un réseau mais il y a énormément de personnes que ça touche et ça me semble important d’en parler). On a une image de la beauté définie sur le zéro défauts qui est présente depuis des années déjà mais qui nous atteins d’autant plus puisque ce sont des filles comme tous le monde qui le véhicule.

Mais je le dis haut et fort, pour vous mais aussi pour moi-même, CES FILLES QUI SEMBLENT PARFAITES ONT ELLES AUSSI DES COMPLEXES, LA PERFECTION N’EXISTE QUE PAR SON APPELLATION ET NON PAS PAR SON EXISTENCE.

Mon poids m’est également rappelé lorsque je fais du shopping. Cette activité qui autrefois m’était si gratifiante m’est désormais insupportable! C’est très éprouvant et humiliant de devoir demander la taille au dessus aux personnes qui sont avec moi et ça l’est d’autant plus quand je vois certaines gammes de vêtements qui ne font que de petites tailles… Le prêt à porter reste très rigide de ce côté là, les modèles ne « PEUVENT’ pas aller à tous le monde, ce qui nous rappelle sans cesse que la société prône la minceur comme idéal de beauté. J’aime toujours autant acquérir de nouveaux vêtements mais je me cache derrière des commandes en lignes et le confort  d’essayer les vêtements chez moi.

Cet article n’a pas pour but de me plaindre ou d’attendre du réconfort de votre part, j’avais juste besoin d’en parler et je suis plus douée pour m’exprimer par écrit qu’à l’oral. C’est plus facile d’écrire également à des personnes que l’on a pas devant soi, qui ne nous connaisse peut être pas nécessairement dans l’intimité et qui ont plus de recul (du moins je pense). Par ici, je veux aussi vous expliquer que si vous pensez être la seule personne au monde qui se sent mal dans sa peau, qui se trouve trop gros(se), trop maigre, trop petit, trop si, trop ça, et bien non vous n’êtes pas seul.

Je ne suis pas seule et je sais que je vais devoir faire des efforts pour pouvoir me sentir mieux avec moi-même, mais se l’avouer à soi-même, mettre des mots sur ce que l’on ressent, sur ses complexes, c’est déjà une étape en soi. J’ai été longue à écrire mais ça n’a pas été facile, je ne savais pas trop comment structurer ni comment tourner ma confidence puis je me suis laissé aller à écrire ce qui me passait par la tête sans essayer d’y donner un sens.

Je veux donner cet esprit de confidence à mon blog, qu’il devienne un réel lieu de partage, un endroit où vous apprenez à me connaître à travers mes passions mais également à travers mes pensées! Je pense que se livrer ainsi nous rend plus humain, plus accessible et je veux être transparente envers vous!

Je vous envoie du love!

Rendez-vous sur Hellocoton ! Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,